RSS Facebook Twitter
 

Puisque Brexit il y a… renforçons l’Europe

 

Il me semble aujourd’hui important de dire et redire l’importance qu’il y a de poursuivre la construction de l’Europe. Tous, nous ici en Corrèze comme ailleurs, devons montrer que, malgré les problèmes et les difficultés, à cause des problèmes et des difficultés, nous tenons à l’Union Européenne, qui certes nous gêne parfois pour l’accessoire, mais surtout nous sauve pour l’essentiel.

En organisant un référendum pour assurer sa réélection, le Premier Ministre britannique David CAMERON a encouragé l’expression des peurs et des bas-instincts d’une partie de la population de son pays. Il a transformé une humeur à un moment donné en une décision historique, aux conséquences qui peuvent être dramatiques. Il s’est conduit comme un capitaine, qui, en pleine tempête, s’en remettrait aux passagers du navire au lieu de tenir fermement la barre.

Le mal est fait. Partout les populistes demandent un référendum, les extrémistes s’excitent, ceux qui ont du mal à trouver leur place dans l’économie mondialisée s’illusionnent en pensant que le repli vaut mieux que le partage et l’ouverture. C’est grave, c’est dangereux, cela peut renverser deux siècles de démocratie représentative et soixante-dix ans de paix en Europe.

Alors agissons. Profitons du départ anglais pour renforcer l’Europe autour des trois mots clés proposés par François Bayrou : « recentrer, clarifier, informer ». Que les pays les plus europhiles forment un noyau dur pour préparer une véritable politique européenne dans quelques grands domaines : le cadre économique, la sécurité aux frontières, la défense, l’environnement, les filets sociaux. Que ce qui est culturel ou secondaire reste aux mains des États ; ce n’est pas parce qu’on construit une structure fédérale que l’on nie l’existence des nations. Et que l’on informe les citoyens de ce qui se joue ici et là ; nous avons les moyens de relayer débats et décisions, et même d’intéresser les populations.

Cela implique des dirigeants de qualité. Mais en attendant qu’ils soient élus, insistons pour que ceux qui sont en poste prennent leurs responsabilités. Et que chacun de nous, à son niveau, apporte dans ses propos, dans ses actes, la conviction qu’il souhaite plus que tout poursuivre cette construction européenne qui nous a permis de vivre en paix et dans la prospérité, pendant si longtemps et encore aujourd’hui. Nous avons tous, aujourd’hui, un choix à faire. Le danger nous oblige à nous positionner.

Pierre-Yves ROUBERT

 

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
 

Poster un commentaire